A voir aussi : Message de Tyler

Fight_Club.jpg« Les gens me demandent souvent si je connais Tyler Durden. A ce moment précis, j’avais le canon de son flingue dans ma bouche.
- On y est. Dans trois minutes le point zéro. T’as quelque chose à dire pour marquer le coup ?
- Y a ien i ient en ê …
Avec un flingue dans la bouche on ne prononce que les voyelles. […] Y a un adage qui dit que l’on fait du mal aux personnes qu’on aime, mais il oublis de dire qu’on aime les personnes qui nous font du mal ».

C’est ainsi que débute Fight Club. Il y a un an jours pour jours, je l’ai vu pour la première fois et mon opinion sur ce film n’a cessé d’évoluée.

La première fois que j’en ai parlé à quelqu’un ça remonte à a peu près deux ans. J’étais avec une de mes ex et je lui avais dis que j’aimerai bien voir ce film. Elle m’avait répondu texto : « A ouais le film où y a des mecs qui se battent ? Bah tu le regarderas sans moi ! » Fight Club est tout, sauf un film de baston.
L’année suivante j’ai rencontré des personnes qui y faisaient référence sur plusieurs points, notamment à propos du look et de la façon d’être du personnage Tyler Durden. Alors, par curiosité, j’ai voulu voir à quoi tout ça ressemblait. Je me suis procuré le film, je l’ai regardé. J’étais époustouflé par le début : superbe mise en scène, des dialogues accrochants. Puis, plus le film avançait, plus je le trouvais bizarre, moyen et quand la fin est arrivée je me suis dis : « Mais c’est nul ! Qu’est-ce que les gens peuvent lui trouver ? ». Ce que je n’avais pas saisi, c’est que pour voir toutes les subtilités du scénario et trouver un intérêt au film, il faut le voir plusieurs fois.
Je ne l’ai compris que quelques mois plus tard quand, je ne sais pour quelle raison, j’ai voulu revoir le film. Tout a mûri dans ma tête, puis, à la fin de mon BTS, lorsque j’ai commencé à bosser non stop dans mon entreprise, je me suis pris « d’affection » pour ce long métrage parce que je me sentais exactement comme le narrateur.

Si vous faites parti des rares à ne pas l’avoir encore vu, je vous conseille d’arrêter votre lecture ici car certains de mes écrits pourraient vous gâcher le plaisir de la découverte.

« Avec l’insomnie, tout devient lointain. Tout est une copie, d’une copie, d’une copie ». « Chaque fois que l’avion faisait un virage serré, je priais pour un crash ou une collision en plaine aire… » Je ne suis pas victime d’insomnie et je ne prends pas l’avion pour mon boulot. Non, moi ce que j’aurai pu dire c’est : Avec le manque de sommeil et l’accumulation de fatigue, tout devient lointain. Tout est une copie, d’une copie, d’une copie. Il m’arrivait de vouloir que le RER déraille ou percute un autre pour en finir avec tout ça.
Durant ces trois derniers mois, je me suis senti et je me sens encore comme le héro de Fight Club. Pris au piège par une sorte de : métro / boulot / dodo. Tout est une copie car la plupart du temps je ne sais pas quel jours on est, il me faut plusieurs secondes pour me situer dans la semaine. Je ne regarde plus la télé et j’en suis venu à la conclusion que c’est un objet inventé pour les gens qui n’ont rien à faire ou peu d’idées pour occuper leur temps libre. Le narrateur, joué par Edward Norton, se réfugie alors dans des centres d’écoutes pour différents maux comme le cancer ou la tuberculose. « Quand les gens pensent que tu vas mourir, il t’écoutent attentivement, au lieu … au lieu d’attendre leur tour pour parler… » Moi je me réfugie dans mon amélioration personnelle que j’ai décidé de baser sur la méthode de Léonard De Vinci. Le héro est seul, à mon boulot je suis, pour ainsi dire, seul. Il s’invente un ami imaginaire parfait … Hum, je n’en suis pas encore là.
Chose étrange et extraordinaire à la fois, le personnage central n’a pas de nom, on l’appelle jamais et dans le générique il y a marqué : narrateur. Sans doute pour laisser plus de place à Tyler.

Si on voulait résumer l’idée du film en une phrase ça serait peut être celle là : « On fait des boulots qu’on déteste pour se payer des merdes qui nous servent à rien ! »
Oui, j’ai bien remarqué que nous vivions dans une société de consommation. Quand j’étais au collège, au lycée, je voulais toujours plein de trucs : la possession matériel. Plus je grandi, moins j’en ai besoin. Et je suis content quand Léonard De Vinci disait : « Il ne faut pas appeler richesse les choses que l’on peut perdre […] ». Plus je grandi, moins je fais attention à la publicité, ça fait bien longtemps que je ne marche plus. Ça me fait sourire quand j’en croise une et imagine ce que la plus part des gens en tirent.

Avant d’écrire, j’ai fait des recherches sur différents blogs qui parlaient du film et la majorité des gens se contentent d’inscrire des répliques du film. Pourquoi ? Parce que quasiment tous les dialogues sont des répliques cultes. Je vous en ai déjà livré quelques unes mais en voilà d’autres :
- « Sur une durée suffisamment longue, l’espérance de vie, tombe, pour tout le monde, à zéro. »
- « Je ne peux pas me marier, je suis un gamin de trente ans. On est une génération d’hommes élevés par des femmes, je ne pense pas qu’une autre femme soit la solution à notre problème. »
- « Les choses qu’on possède finissent par nous posséder. »
- « Perdre tout espoir, c'était ça la liberté. »
- « C'était de toute beauté, nous revendions à des femmes riches la graisse qui provenait de leurs fesses. »
- « C'est seulement quand on a tout perdu qu'on est libre de faire tout ce qu'on veut. »

Il y aussi un des meilleurs passages du film que je vous avais déjà présenté (Devenez ce que vous voulez réellement être). Ce qu’il y a d’exagéré c’est le : « Vous êtes la merde de ce monde prêt à servir à tout. » Peut être que ça ne s’adresse qu’aux gens non conscient qui se font embobiner par cette société de consommation et où ils ne font pas grand-chose de leur vie, car moi, je ne me sens pas viser.

Maintenant, je regarde ce film pour étudier ce qu’on appelle le body language de Tyler. Pourquoi il appuie sa tête sur sa main, quel effet c’est censé faire, pourquoi à ce moment là il fixe la personne et après il détourne le regard. Tout à une importance et je fini par tout découvrir. J’ai beaucoup à améliorer de ma façon de bouger dans l’espace ainsi que de parler, en comprenant tous les pourquoi du comment, je pourrais changer et c’est la seule chose en contradiction avec cette réplique : « s’améliorer soi même c’est de la masturbation, c’est se détruire soi même ! »

Finalement ce film est une mine d’or d’informations. On est loin du « c’est nul » du premier visionnage, et encore plus loin du « a ouais le film où y a des mecs qui se battent ». Comme quoi avec moi, faut savoir être patient

A lire aussi : Blog à part... - La première règle du Fight Club... et Message de Tyler


Fight_Club 009.jpg
posté par le Lundi 30 Juillet 2007 à 22:27 | Ciné / TV

Commentaires

Mélanie à écrit le 30/07/07 à 23:23

Moi je trouve ça dommage, à force, de vouloir trop modifier les choses (façon d'être avec les gens, façon de penser, façon de bouger, etc)... Je pense - j'espère - que tu comprends pourquoi je dis ça...

LinkMan à écrit le 31/07/07 à 09:49

Non, je ne comprends pas, je suppose uniquement.
Quand une personne change, son entourage est un peu perturbé car on est habitué à cette personne, et le fait de la voir évoluée, bouleverse notre petit monde. Il arrive aussi que son entourage la retienne, essaye de la décourager des efforts qu'elle peut faire car souvent les autres sont ramenés à leur propre réalité : qu'ils n'ont pas autant de courage pour évoluer. Ils restent bloqués dans leur petit bonheur. Mais je ne pense pas que ce soit ton cas. Tu dois simplement t'inquiéter pour moi, mais rassure toi, je vais de mieux en mieux. Peut être m'as-tu trouvé égocentrique ou narcissique, mais même en Pencak on nous a appris qu'il fallait parfois passer par des périodes d'égoïsmes si c'est pour mieux se sentir avec les autres après.
Dans mes précédentes périodes de célibat, je me disais : "Merde, les filles n'ont qu'a m'accepter comme je suis !", mais aujourd'hui je pense que, vouloir qu'on vous accepte tel que vous êtes c'est refuser de s'améliorer.


"Ouiii avant, à mon époque, c'était différent. Bah heureusement que c'est différent, parce qu'avant c'était tarte !" (Coluche) ;)

guigui à écrit le 01/08/07 à 19:43

jai pa lu ton post, jpréfère le dire tds.
Jvoulai juste dire que sois disant le fait d'être en vacance pr toi c'est de pas être sur pc ect ... Mais alors pk tu met des news, tu es donc devant le pc, donc c'est contradictoire, comme quoi tu es dépendant soit du pc, soit de l'attention que les gens portent vers toi, a travers ce blog, donc tu as besoin de quelque chose et donc influencer par eux. Enfin bref, bonne continuation

LinkMan à écrit le 01/08/07 à 20:39

Jsuis en vacances depuis aujourd'hui, j'ai passé la journée dans mon jardin et je me suis connecté qu'à partir de 18h :)

Mélanie à écrit le 02/08/07 à 20:17

Bon, je t'avais dit que je répondrai, voici :
Ce n'est pas mal qu'une personne évolue, seulement... des fois c'est excessif et la personne n'a pas l'air de s'en rendre compte... elle perd de son naturel en croyant en gagner... ce n'est plus du spontané qui en sort mais du travaillé, modelé...

Par rapport à la fin de ton commentaire, je ne suis pas du tout d'accord : vouloir qu'on nous accepte comme on est c'est au contraire s'accepter nous-même et nous affirmer ; et chercher à s'améliorer en ayant pour objectif que les autres nous acceptent 'autrement', je n'aime pas cette idée.
Moi j'ai l'impression de faire le chemin inverse de toi : avant je me fondais dans le moule que les gens voulaient voir de moi, mais depuis quelques années, je suis moi, de plus en plus je m'affirme (attention, je précise : je n'évolue pas à proprement parler, tout ce qui sort de moi était là, mais à l'intérieur, caché, c'est donc plus une extériorisation qu'une évolution), et si ça ne plaît pas, aux filles comme aux mecs, tant pis, j'estime que s'ils ne m'acceptent pas comme je suis, c'est qu'on n'a rien à faire ensemble. Rien de plus.

Donc voilà, je me répète mais je ne suis pas fan de ce genre de choses ; pour moi, c'est - à priori - tout le contraire de toi, c'est une illusion, une perte d'identité, une perte et une désaffirmation de soi...

Mélanie à écrit le 02/08/07 à 20:18

*dans le moule DE CE QUE les gens voulaient voir de moi

LinkMan à écrit le 02/08/07 à 20:30

Je me modèle selon un moi idéal que j'ai toujours eu au fond de moi et que je n'ai pas eu la volonté de faire jusqu'à présent.
Même pour toi, je suis persuadé qu'il t'arrive de t'imaginer "meilleure". Parlons en par mail si tu veux.

thomas à écrit le 04/08/07 à 09:19

tout savor

Jeeze à écrit le 27/08/07 à 14:28

fight club ... c'est pas le film ou ils se tappent ??

Film excellent qui ne prend réellement son sens qu'à son second visionnage.

Aurore à écrit le 02/01/08 à 02:38

La masturbation ça détruit pas ... Réplique que je comprend pas...
J'adore ce film, il m'a retourné le cerveau quand je l'ai vu... J'avais jamais été autant bouleversée... Il faut lire le livre maintenant.

Qu'en pensez-vous ?

Votre nom :
Votre e-mail : (facultatif)
Votre blog : (facultatif)
Votre commentaire :
Code de sécurité :

Recherche



RSS

 

Le référencement naturel Google de ce blog est réalisé par Force-Référencement et est fièrement propulsé par les outils PHP XBPlog

Fight Club - Bougez-vous - Devenez ce que vous voulez être
Optimisez vos apprentissages Pencak Silat : Persaudaraan Setia Hati

  http://theresnogoingback.com - http://khclub.free.fr - http://leprodige.fr